CHANTAL RICOUL ET CHRISTOPHE VENARD CREPERIE LE MOLE A SAINT MALO
Maintenir le cap

Après avoir tenu pendant 20 ans deux affaires aux côtés de ses parents, Christophe Venard et sa compagne se sont rapprochés des lieux de leurs meilleurs souvenirs de vacances pour réaliser leurs projets.

Tout commence à Trouville à l’hôtel-brasserie de ses grands-parents. Christophe Venard y fait ses premiers jobs d’été, et décide lui aussi, comme eux et comme ses parents, de faire carrière dans la restauration.
En 1988, il décide alors de rejoindre ses parents comme associé d’une  brasserie crêperie dans l’Orne, puis comme associé et gérant de 2001 à 2009 dans une affaire similaire à Caen. « Je les ai accompagnés jusqu’à la retraite, puis j’ai eu l’envie de m’installer ailleurs avec ma compagne », explique-t’il. « J’ai alors contacté Blot Commerce par le biais de leur site internet, et le projet était lancé ».
Un projet qui les amène en direction de la côte bretonne, là où tous les deux ont d’agréables souvenirs de leurs jeunes années en vacances. Chantal est plus attirée par Saint-Malo, Christophe par la côte costarmoricaine. « Elle a gagné !», ajoute-t’il. Effectivement, Christophe et Chantal effectuent de nombreuses visites en commençant par la crêperie Le Mole de Saint-Malo. Très intéressés, ils préfèrent tout de même visiter d’autres affaires le long de la côte costarmoricaine. « On n’a pas voulu s’arrêter dès la première visite. On avait besoin de comparer les différents potentiels », souligne-t’il.
Finalement, le couple revient sur son premier choix. « La crêperie de Saint-Malo est celle qui réunissait tous les paramètres que nous recherchions. L’activité de la ville était plus intéressante pour y travailler à l’année que celle de la côte costarmoricaine ; le matériel était nickel, il n’y avait rien à changer. Nos prédécesseurs ont tout laissé prêt à fonctionner. On a signé le vendredi à 15 h et démarré l’activité dès le lendemain matin !» précise-t’il. « Blot Commerce a répondu présent partout, que ce soit pour les dossiers de banque, la licence IV, ou les contacts avec les assurances… Notre conseiller a même été jusqu’à prouver par A + B  que notre affaire pouvait marcher à notre comptable normand. Et puis, ajoute-t’il, on ne connaissait pas Saint-Malo. Alors, il nous a aussi aidés à nous repérer dans la ville, et à trouver un logement. Avec lui, on a un très très bon feeling. D’ailleurs, c’est à lui que je dois mon surnom de « granule » depuis que je suis un traitement pour arrêter ma chute de cheveux ! »
Depuis l’acquisition, le chiffre d’affaires a augmenté de 100.000 €, «  car nous avons mis en place une petite carte de brasserie et nous fermons moins souvent qu’avant ».
Des projets pour l’avenir ? « Pourquoi pas faire le point dans 2 ans, et acheter une 2ème affaire, toujours dans la restauration ou une plus grosse »… conclue-t’il.

Partager ce témoignage

X

Seuls les champs avec une « * » sont obligatoires.

Contactez-nous par mail X
Votre demande
Votre bien
Votre profil et vos coordonnées

(*) Champs obligatoires